Assurance emprunteur et métier à risque

La cotisation d’assurance emprunteur est un des éléments qui constituent le coût total du crédit. C’est pourquoi il est important de calculer son coût préalablement et évaluer son budget. Dans ce sens, il faut savoir qu’il existe plusieurs facteurs qui peuvent augmenter la prime d’assurance. Il s’agit d’un risque élevé qui concerne entre autres les métiers et les sports dits dangereux. Dans ce cas, l’assurance emprunteur “standard” ne suffit pas. Effectivement, lorsque les garanties exigées le plus souvent sont les assurances décès-invalidité, les risques d’accident ou de maladie augmente si l’emprunteur exerce une profession dangereuse ou fait du sport à risque. Certes, cela peut engendrer la majoration de prime parce que le contrat d’assurance doit être renforcé.
Regroupez vos crédits et allégez vos mensualitiés

Métiers à risque

En fait, il n’est pas toujours facile de souscrire une assurance pour ceux qui exercent des métiers dangereux. Généralement, les assureurs appliquent des surprimes ou exclusions aux certaines professions. Certains établissements peuvent même refuser d’assurer l’emprunteur si son activité est considérée comme trop risquée. Toutefois, il vaut mieux opter pour un contrat individuel adapté à votre situation particulière et faire appel aux assureurs spécialisés. Ces derniers connaissent bien le domaine et sont aptes à vous proposer de meilleurs tarifs et de meilleures garanties adaptées. En même temps, s’adressant plutôt aux profils “standard”, l’assurance groupe proposée par les banques est le plus souvent refusée ou majorée de primes trop onéreuses. La liste des professions à risques peut varier d’un établissement à l’autre. Voici la liste non exhaustive des professions qui sont généralement considérées comme dangereuses: agent de sécurité, agriculteur, artificier, gendarme, militaire, policier, sapeur pompier, convoyeur des fonds, chauffeur routier, chimiste/biologiste, couvreur, diplomate, docker, intermittent du spectacle, journaliste, marin, moniteur de ski, ouvrier du bâtiment, pharmacien, pilote de ligne, professionnel du cirque, professionnel du pétrole et du gaz, professionnel spécialisé dans le nucléaire/radioactif/rayons X, technicien de santé etc. Avant de proposer son offre l’assureur évalue les risques liés à chaque profession en s’appuyant sur les données statistiques comme la fréquence d’accidents, d’invalidités etc. Notez qu’il est indispensable de mentionner votre profession lors d’une demande de l’assurance. Donc en cas d’accident ou d’invalidité la compagnie d’assurance ne verse pas aucune indemnité. En outre, la banque est en droit de réclamer le remboursement des sommes dues.
D’ailleurs, l’emprunteur doit tenir l’assureur informé d’éventuelles changements de situation professionnelle. Le montant de prime peut être ajusté en fonction d’évolutions des risques. Dans certains cas la surprime peut être annulé si la disparition de risque est prévue. 

Sports à risques

Les personnes qui pratique des sports à risques font aussi face aux difficultés de contracter une assurance emprunteur et sont soumis aux conditions spécifiques. En effet, la plupart des contrats standards exclut les sports dangereux qui représentent un risque aggravé ou applique des surprimes en contrepartie. De toute façon, il est recommandé de faire recours aux assureurs spécialisés et comparer des offres pour trouver la solution la plus adaptée. Chaque activité sportive a ses risques particuliers que l’organisme d’assurance évalue préalablement. Pour information, les principaux catégories concernées sont suivantes: aéronautiques, spéléologie, alpinisme, escalade, trekking, sports nautiques, canyoning, rafting, chasse et safari, plongée, sports automobiles, sports de neige, sports professionnels, voile, parachutisme, équitation, boxe et arts martiaux, marathon, triathlon, tous les sports extrêmes. Le souscripteur doit mentionner ses activités sportives dangereuses au moment de réalisation d’un devis pour l’assurance. S’il a commencé à pratiquer le sport à risque après la souscription du contrat, il doit toujours informer l’organisme d’assurance. Ce dernier lui propose de racheter une exclusion des garanties ou de contracter une nouvelle assurance à cause du risque aggravé. Dans ce sens il faut savoir qu’il existe des exclusions rachetables (l’établissement accorde l’assurance à condition d’un rachat de garantie ou d’une surprime) et des exclusions non-rachetables (l’établissement interdit la souscription d’une assurance des disciplines trop risquées). Alors, racheter une exclusion peut être une bonne solution si les organismes d’assurance refusent de couvrir l’emprunteur. Notez qu’il existe des contrats spécifiques dédiés aux sportifs professionnels qui sont généralement exclus par les contrats standards à cause du risque trop élevé.